Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 13:24

Le témoignage de Sophie concernant la VAE, titulaire aujourd'hui d'une Licence Professionnelle avec mention.




"J'ai connu le dispositif de la VAE par une affiche à l'ANPE.

Après un bac commercial, j'ai travaillé comme animatrice dans des centres de loisirs et j'ai donc passé le BAFA.
Puis avec l'expérience acquise on m'a proposé d'être Directrice.
Ainsi, j'ai fait la formation BAFD me permettant d'être Directrice en Centre de Loisirs ou en Centre de vacances.

J'ai travaillé pendant près de 8 ans dans l'animation.
Cependant, dans ce domaine il est difficile de trouver un emploi fixe et aussi j'avais un peu l'impression d'en avoir fait le tour.
Ma difficulté pour trouver un autre emploi était le manque de qualifications.

La VAE devait me permettre, grâce à l'expérience acquise, d'accéder à un diplôme plus élevé et de postuler pour d'autres postes.
Je me suis inscrite pour suivre cette "formation" et ai obtenu un rendez vous pour évaluer mon profil. La personne qui m'a reçue avait une formation de psychologue. Je devais parler puis mettre par écrit, mon vécu, mes expériences de vie, professionnelles, mes centres d'intérêts ; tout ceci de manière très précise.
L'écrit à produire devait être très détaillé ; ce qui n'était pas évident car lorsque l'on a l'habitude d'un travail, on fait les choses naturellement sans se poser de questions.
De plus, c'est difficile de parler de ses expériences, de prendre le recul nécessaire. Le dossier s'est constitué petit à petit, au fil des entretiens (environ 6).

A la clôture du dossier, compte tenu de mes expériences, je ne pouvais pas prétendre obtenir un diplôme plus élevé mais j'obtenais une VAE me permettant de m'inscrire pour passer l'entretien en DUT animation ou intégrer une licence."



Tous mes remerciements à Sophie pour nous avoir relaté son expérience.

12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 14:03
Voici un récapitulatif des secteurs recrutant, issu d'un article paru dans "Vie de famille - Le magazine de votre CAF"  en octobre 2008 :


- Le BTP
Peintre, maçons, plâtriers, coffreurs béton, plaquistes, chefs de chantier, électricien
Recrutement à tous les niveaux en raison de nombreux départs en retraite et d'un important turnover.

- La fonction publique
Notamment  dans le secteur hospitalier (personnel soignant) et la fonction publique territoriale (métiers techniques et de prestations sociales)

- La grande distribution / commerce
Boom des embauches dans la grande distribution alimentaire, la distribution spécialisée et les magasins discount : hôtesses de caisses, vendeurs, préparateurs de commandes, manutentionnaires, caristes.

- L'industrie
Besoins à tous les niveaux de compétences et dans toutes les branches d'activités, notamment dans la métallurgie et la construction navale.

- Les services à la personne
Intervenants à domicile, auxiliaires de vie, gardes d'enfants, jardiniers, livreurs...
(pour consulter les structures agréées, consultez cette liste ou renseignez-vous sur le CESU concernant une embauche par un particulier)

- L'hôtellerie restauration
200 000 recrutements par an
: cuisiniers, commis de cuisine, serveurs, managers, agents d'entretien etc.

Published by La formatrice
commenter cet article
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 13:45


Hier a vu l'avènement du site Pôle emploi, né de la fusion de l'ANPE et de l'Assedic en un opérateur unique.

Sur ce site, vous pourrez :
- Vous inscrire comme demandeur d'emploi et suivre votre dossier administratif,
- Connaître vos droits,
- Effectuer vos démarches de recherche d'emploi.


Pour en savoir plus sur la fusion et sa mise en place, nous vous invitons à lire cet article de Ouest-France.


Published by La formatrice
commenter cet article
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 11:52

Lorsque vous téléphonez à une entreprise dans le cadre de votre recherche d'emploi, pensez à avoir sous la main votre tableau de démarches d'emploi .
Vous devez être capable de fournir très rapidement les dates, références de vos lettres, contacts téléphoniques etc. si cela vous est demandé ou à préciser dans l'objet de votre appel.


Exemples :

"Bonjour Monsieur,
Je me permets de vous téléphoner au sujet du courrier que je vous ai adressé le 10 novembre dernier, relatif à un emploi de magasinier au sein de votre structure."


"J'ai été contactée le 12 octobre par Madame Dupont, Directrice du Personnel et je dois la tenir informée de ma décision concernant le poste de vendeuse proposé par votre entreprise."


Published by La formatrice - dans Communication
commenter cet article
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 13:06
Nous avons étudié ici les techniques pour avoir la bonne attitude au téléphone .
A présent vous devez préparer votre discours car on ne téléphone pas à une entreprise voire à son futur employeur comme à un camarade.

1. Renseignez-vous sur le nom de la personne à contacter.
Si besoin est, téléphonez une 1ère fois à l'entreprise pour obtenir le prénom, le nom et le numéro de téléphone direct du responsable.

2. Préparez sur papier ce que vous allez dire (listez les points à aborder ou les arguments lors de l'entretien) en imaginant 2/3 situations :


- 1ère situation :
La secrétaire très sympathique vous répond et vous met  en communication avec le responsable.

* Formule de politesse (ex : Bonjour Madame)
* Vérification de la société ou de l'identité de l'interlocuteur (ex : Je suis bien en relation avec l'entreprise Y ? / Monsieur Durand ?) si la personne au bout de fil ne donne pas d'indication
* Se présenter (prénom nom)
* Demander la personne en la nommant (je souhaiterais parler à Monsieur Paul Durand s'il vous plaît)
* Si on vous le demande, préciser l'objet de votre appel
* Remercier la secrétaire
* formule de politesse avec le responsable en le nommant (ex : bonjour Monsieur)
* Se représenter (Je suis prénom nom)
* Indiquer l'objet de son appel
* Conclure en fin d'appel
* A la fin de votre conversation, le remercier de vous avoir accordé du temps


- 2ème situation :
La secrétaire fait un filtrage ou le responsable est absent.

* Formule de politesse (ex : Bonjour Madame)
*
Vérification de la société ou de l'identité de l'interlocuteur (ex : Je suis bien en relation avec l'entreprise Y ? / Monsieur Durand ?) si la personne au bout de fil ne donne pas d'indication
* Se présenter (prénom nom)
* Demander la personne en la nommant (je souhaiterais parler à Monsieur Paul Durand s'il vous plaît)
* Demander à laisser un message avec vos coordonnées complètes (prénom, nom, numéro de téléphone) et l'objet de votre appel.
* Indiquer que vous reprendrez contact
* Demander quand (date et heure) vous pouvez rappeler sans le déranger.
* Formule de politesse (ex : Je vous remercie pour votre accueil)
* Attendre pour raccrocher que l'interlocuteur ait pris congé


Dans tous les cas de figure, même si vous téléphonez pour la énième fois, restez courtois et poli.
Prenez soin de "ménager" la secrétaire, étant un interface direct avec la personne que vous souhaitez joindre.
N'hésitez pas à lui demander son nom pour la valoriser.


NB : L'objet de votre appel doit être clair, précis et concis.





Published by La formatrice - dans Communication
commenter cet article
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 11:36
Votre lettre doit être la plus dynamique, la plus simple, la plus percutante et la plus persuasive possible.
Pour cela, voici les temps que vous utiliserez pour conjuguer vos verbes.

- Le présent de l'indicatif
Le présent sera employé en priorité  pour aborder, entre autres, votre projet / vos motivations (accroche par exemple) et soulever vos points forts.


- L'imparfait / le passé composé de l'indicatif
Il sera préférable au passé composé pour relater des tâches passées.
En effet, l'imparfait indique une habitude alors que le passé composé exprime une action achevée (ce dernier ne sera employé que dans ce sens : "J'ai travaillé 5 ans en qualité de manager").
Par exemple, si vous écrivez "J'ai organisé les réunions de mon responsable.", on pense que vous n'avez été en charge de cette mission qu'occasionnellement. Si vous écrivez à la place "J'organisais les réunions de mon responsable", on comprend que cela faisait partie de vos attributions courantes ; ce qui est plus avantageux.
Ne remplacez pas l'imparfait par le passé simple, trop précieux et trop soutenu pour une lettre adressée à une entreprise.


- Le futur simple de l'indicatif
Même si vous envisagez un futur restant hypothétique, utilisez le futur plutôt que le conditionnel présent. Cela donne une impression d'assurance et de confiance en soi.
Rappel : à la 1ère personne du singulier (je), la terminaison du verbe conjugué ne prend pas de "S" au futur de l'indicatif (contrairement au conditionnel présent).
Si vous avez un doute, vérifiez à l'aide de la 2ème personne du singulier (tu) dont la distinction se fait clairement à l'oral.

Futur
Je serai
Tu seras

Conditionnel
Je serais
Tu serais



Tous les autres temps ne sont pas adaptés.


12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 10:30
A l'oral, vos propos sont "ponctués" grâce aux intonations de la voix, aux pauses, aux expressions du visage qui viennent renforcer l'idée exprimée.
A l'écrit, seuls des signes vont permettre de traduire, de préciser le message, le sens d'une phrase.
Pourquoi ponctuer ? Pour rendre compréhensible votre message !
Une ponctuation inadaptée ou absente nuit véritablement à la lecture d'un écrit...

Rappel des différents signes de ponctuation :


Le point :
- Marque une longue pause.
- Indique la fin d'une phrase.
- permet d'abréger (sigles).

Le point d'interrogation :

- Exprime une question.
- Indique la fin d'une phrase.

Le point d'exclamation :
- Exprime un sentiment ou un ordre.
- Indique la fin d'une phrase.

Pour indiquer la fin du phrase dans une lettre de candidature, seul le point sera utilisé car le ton des phrases doit être "neutre".
Toute phrase soit comporter au minimum un sujet et un verbe. Pas de style journalistique !
N'oubliez pas de mettre une majuscule après un point.



Les points de suspension :
- S'utilisent au nombre de trois.
- Indiquent que la phrase ou l'idée est inachevée.
- Peuvent être remplacées par etc.

A utiliser avec parcimonie dans une lettre de candidature.
Préférez les formules plus précises "Je tenais entre autres le standard et rédigeais des documents" ou "Je tenais notamment le standard et rédigeais des documents" à "Je tenais le standard, rédigeais des documents...".

Le point virgule :
- Marque une demi-pause.
- Sépare des propositions (avec à chaque fois un sujet et un verbe) liées entre elles par le sens (ex : Je tenais le standard ; je suis à l'aise avec le téléphone.). Remplace les mots de liaison "donc", "par conséquent" etc.

Pour une lettre de motivation, préférez le point au point virgule car les phrases sont plus percutantes quand elles sont courtes et mettent en évidence des mots de liaison avec un retour à la ligne.

- La virgule :
- Marque une petite pause.
- Sépare des éléments semblables (sujets, verbes, compléments, mots et expressions en apposition) qui ne sont pas liés par une conjonction (et ou ni).

Le dernier élément est généralement lié à une conjonction.
Exemple : Je suis dynamique, rigoureux, motivé et disponible.


Les deux points :

- Marquent une demi-pause.
- Précisent un discours, une énumération ou une explication (ex : j'effectuais des travaux administratifs : frappe de documents, photocopies, envoi de fax...).


Pour vérifier que vous avez bien utilisé la ponctuation, relisez vous à voix haute en mettant le ton et en marquant les pauses.


Published by La formatrice - dans Communication
commenter cet article
11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 13:28
"Je veux un CDI !!!"
Voilà la phrase que nous avons souvent entendue en formation d'insertion.

Souhaiter un contrat à durée indéterminée est légitime dans la mesure où il permet une certaine stabilité de l'emploi (je précise bien une certaine stabilité car quelle entreprise est aujourd'hui capable de garantir un emploi pérenne ?).
Il donne un sentiment de sécurité, est indispensable pour l'ouverture de crédits, la location d'un appartement, évite les recherches constantes d'emploi et les démarches administratives.

Mais  le CDI n'est pas forcément le contrat à obtenir d'urgence et avant tout.
Mieux vaut peut-être un poste plus intéressant sur une période restreinte, acquérir une expérience diversifiée, se former en travaillant, reprendre un rythme "en douceur", pouvoir retravailler et ne pas laisser s'installer une longue période d'inactivité etc. si votre situation personnelle le permet.

Les autres types de contrat possèdent également des avantages...
Deux exemples :
Les missions d'intérim permettent d'élargir son horizon professionnel en découvrant plusieurs entreprises, d'apprendre constamment de nouveaux outils ou méthodes de travail.
L'intérim est généralement mieux rémunéré (notamment par la prime de précarité et les congés payés) et vous pouvez gérer vos périodes de travail.
Vous êtes indépendant, compétitif sur le marché du travail et savez au fur et à mesure concrètement quel secteur et quelle entreprise vous plaisent le plus.
De plus, il peut désormais faciliter l'accès à la formation ou tout à fait déboucher sur un emploi stable.

Les contrats de professionnalisation, de qualification ou encore d'apprentissage donnent la possibilité d'obtenir une qualification et/ou un diplôme tout en travaillant et en étant rémunéré. Si vous avez fait vos preuves et qu'une opportunité se présente, vous serez prioritaire face à un emploi au sein de votre entreprise d'accueil.


N'oublions pas que les contrats à durée déterminée vous donnent droit aux allocations chômage si vous avez travaillé au moins 6 mois au cours des 22 mois précédant la fin du contrat de travail donnant lieu à votre admission à une indemnisation chômage.
Si vous souhaitez en revanche quitter un emploi en contrat à durée indéterminée, vous ne serez pas indemnisé, sauf cas particuliers.




9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 13:19
Un moyen concret de valider au à l'inverse d'infirmer un projet professionnel consiste à faire un ou plusieurs stages pratiques de quelques jours à 2/3 semaines dans le métier choisi.
L'ANPE peut vous proposer des EMT (Evaluations en Milieu de Travail) dans cette optique. Pensez à en faire la demande auprès d'un conseiller.
Vous pouvez également consulter les formations pour l'insertion, à l'initiative de la région dans laquelle vous habitez (nous reviendrons sur ces formations dans un prochain article).


Le stage en entreprise possède plusieurs avantages pour vous-même comme pour l'entreprise d'accueil.

Pour vous :
- Vous vous rendrez compte de la réalité du terrain (vous êtes en situation de travail avec les tâches caractéristiques liées au métier) et mesurerez si cela vous convient.
- Vous reprendrez un rythme de travail avec une exigence moindre qu'en emploi (vous êtes là surtout pour apprendre et serez évalué).
- Vous aurez l'occasion de vous faire connaître en montrant vos compétences et saisir des opportunités d'emploi au sein de l'entreprise.
- Vous serez encadré par un tuteur qui pourra vous renseigner davantage sur la profession.
- Vous aurez acquis une expérience que vous pourrez ajouter sur votre CV et exploiter en entretien d'embauche.

Pour l'entreprise :
- Elle bénéficie d'une forme de période d'essai (non rémunérée dans la majeure partie des cas mais vous pouvez être rémunéré en qualité de stagiaire de la formation professionnelle). Elle peut tester vos qualités d'adaptation et vos aptitudes professionnelles.
- Elle dispose d'un regard neuf sur son fonctionnement, le vôtre. Une personne externe a très souvent un effet dynamique.


Un stage en entreprise est encadré,
c'est ce qui garantit son efficacité et évite les abus.

Il fait l'objet d'une convention tripartite entre l'entreprise, vous-même et un organisme.



NB : Dans cet article nous n'avons pas traité des stages liés à une action qualifiante ou pré-qualifiante, uniquement des stages d'insertion professionnelle de courte durée.


6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 13:39






Alice a souhaité travailler son CV de façon chronologique afin de développer pour chaque expérience des tâches diverses indiquant sa polyvalence.

Le principal écueil réside dans l'absence de son expérience entre 1995 et 2000 alors qu'Alice a bénéficié à cette période d'une expérience riche (de 1996 à 1998, elle a été opératrice de saisie et de 1998 à 2000, elle a été secrétaire de livraison).

Par conséquent, nous lui avons soumis d'ajouter ces références dans son CV.

De plus, les expériences n'étaient pas mises au 1er plan.

Alice les a alors exploitées en 1ère rubrique et a fusionné son diplôme et la maîtrise de logiciels dans une rubrique unique intitulée "Diplôme et connaissances".

Pour finir, nous avons demandé à Alice de faire ressortir son accroche, les titres de ses rubriques et de décaler les puces vers la droite.





Recherche

Faites passer l'info

Vous trouvez ce blog utile ?
Parlez-en à votre entourage !

Archives